Aviez-vous lu Inès et la JoieLe lecteur de Jules Vernes, Les trois mariages de Manolita, Les patients du docteur Garcia ? Oui. Vous attendiez donc la suite promise par Almudena Grandes, l’une des grandes plumes de la littérature espagnole contemporaine. La suite, c’est : Les secrets de Ciempozuelos et l’auteure nous promettait une fin avec un sixième volume…

Hélas, mille fois hélas, nous ne le lirons jamais, puisqu’elle nous a quittés en novembre 2021.

Si vous n’aviez jamais rien lu de cette fresque racontant l’Espagne aux prises avec ses démons et esseulée longtemps après le drame d’une révolution qui ne fut que sang et haine, faux semblants, sous couvert de morale et de religion détournée, vous pouvez lire ce cinquième volume. Chaque volume est indépendant.

Les secrets de Ciempozuelos révèlent cette Espagne en 1954. Un jeune psychiatre German Velazquez revient dans son pays pour travailler à l’asile de femmes de Ciempozuelos (près de Madrid). Il va retrouver Aurora, patiente rencontrée quand il avait treize ans au cabinet de son père. Aurora, c’est un cas. Comment oublier ce couple qui avait sonné à la porte du cabinet paternel ? Il avait dit à son père : Il y a un homme normal et une femme bizarre. La femme venait de tuer de sa fille. Cette rencontre sera à l’origine de sa « vocation ». Il sera psychiatre. 

Le roman donne alternativement la parole à German, à Aurora et à Maria, l’aide-soignante, une femme qui attire German et dont elle ne veut pas. Pourquoi ? Que cache-t-elle ?

En parallèle, ce roman dense abrite une multitude de personnages qui ne gênent en rien la lecture de ce pays meurtri, ravagé qu’aucune parole, ou main tendue ne peuvent aider. Le passé est trop sombre. C’est l’histoire d’un pays, mais aussi celle des femmes qui n’eurent pas la parole et n’eurent parfois pas le choix du bon chemin, parce que trop méprisées. 

L’auteure, avec le talent qui est le sien, campe une peinture tendue de voiles noirs, mais où l’amour comme la rédemption sont des chemins de lumière. Des pages bouleversantes !

À ne manquer sous aucun prétexte !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s