Le nouveau thriller d’Olivier Bal remet en piste pour une troisième enquête Paul Green, journaliste détective. On se souvient de L’Affaire Clara Miller et La Forêt des Disparus. Tout n’avait pas forcément été résolu, mais Olivier Bal avait su jouer avec nos nerfs jusqu’à nous couper de souffle. Cela s’appelle le talent.

Avec Méfiez-vous des Anges, on navigue de la Californie à Los Angeles. La forêt, c’est fini, même s’il garde le souvenir de Linda Richardson, la petite paumée qu’il veut retrouver.

Son intuition lui dit qu’elle aurait rejoint l’Enceinte, une sorte de société secrète dirigée par un gourou qui est Le guide suprême, La Voie. Les membres ont l’air heureux. Mais un gourou, c’est un gourou, souvent un manipulateur.

Et voici que revient cette enquêtrice solitaire Sarah Shelley, hyper mnésique dont tout le monde s’éloigne. Elle vient de découvrir le cadavre d’une jeune femme qu’on ne pourra pas identifier et qui a été vidée de son sang.

Les rebondissements sont nombreux. L’histoire happe le lecteur, le cœur bat. L’angoisse étreint et la frousse guette.

Ce qui est intéressant, c’est la place de la secte. Avec la pandémie, les marchands de bonheur ont eu le vent en poupe. Il fallait aider, apaiser. Beaucoup étaient tétanisés par la peur de mourir et ceux, qui voulaient tirer profit du malheur, n’avaient qu’à sourire et offrir. C’est l’un des aspects de ce roman qui pose la grande question de la finitude de chacun. On voudrait l’immortalité.

La fin de l’histoire est flamboyante et, quand on referme l’ouvrage, on se dit que l’auteur est un sacré metteur en scène et, que les anges abritent parfois des diables.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s