Par les temps qui courent, il est bon de tomber dans les pages d’un livre qui a du peps… Marion Michau a bien du talent pour nous conter l’histoire de Pilar Mouclade, limougeaude, échouée à Paris dans l’immobilier et, au moment où commence l’histoire, nous découvrons une jeune femme proche de ses quarante ans.

On a envie de dire : mais qu’est-ce qui manque à Pilar ? Rien ou tout. Elle a trouvé à Paris, auprès d’Étienne, cruciverbiste pour Le Point et autres publications sérieuses, l’homme idéal. Attentionné, aux petits soins. Présents pour leurs deux enfants, de charmants chenapans Joseph et Lucien. Cela fait huit ans que tout va bien… Ce qui n’empêche pas quelques regrets…

Pilar est arrivée à Paris avec Stella, belle comme le jour et la nuit réunis. Si belle, que l’on faisait presque une sorte de haie d’honneur sur son passage. Jamais elle ne payait ses consommations. C’était offert… Il y a eu aussi Maud et son entrée au Conservatoire… Jalouse Pilar ? Non, mais si elle savait plutôt petite et rondelette, elle observait. L’oeil vif et le sourire aux lèvres. Elle a tout de même trouvé des amoureux, bien joui de quelques rencontres. Il fallait que jeunesse se passe. (Le tout est raconté avec un humour fou, presque ravageur) et puis les bonnes copines se sont perdues de vue… Que s’est-il passé ?

On sait que la crise de la quarantaine est un moment de basculement. Un besoin de faire le point à la mi-temps d’une vie. Pilar a soudain l’intense besoin de retrouver Stella. Je n’en dirai pas plus. Sauf que, ce n’est pas vraiment une crise de la quarantaine qui est décrite, même si on rit à l’anniversaire des quarante ans. C’est le dernier acte avant d’entrer en scène qui se joue dans la vie de Pilar. La scène d’une vraie vie plus belle que jamais. Peut-être qu’en allant sur les traces de Stella, Pilar soulève le rideau, ou le rabat… Et peut ainsi oser la vie avec Étienne et leurs deux merveilleux gamins. Rien n’est grave, tout est drôle et heureux, ou presque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s