Parler de la condition féminine, de l’évolution des mœurs sur près de quarante ans, n’est pas chose aisée tant il s’est passé de bouleversements. 

Catherine Cusset, fine observatrice talentueuse a choisi de le faire à travers deux vies de femmes, entourées, il va sans dire, de beaucoup d’autres et d’hommes bien sûr. 

Il y a Clarisse qui, dès le début, nous interpelle, sa rencontre avec un jeune étudiant en médecine quand elle a tout juste seize ans au cours des vacances l’éblouit, mais le viol qui suit nous interpelle. Et tombe sur elle la chape de silence dont elle s’enveloppe, sans doute pour s’éviter les reproches des parents : tu l’as bien cherché, si tu, ou on t’avait prévenue… etc. I

Il y a Ève… Les chapitres alternent, mais chacun est clos et raconte un moment donné de la vie des héroïnes. On découvre un accouchement dans un taxi à New York pour Ève… L’auteure se plaît à narrer des situations au plus près de la vérité et accroche lectrices et lecteurs. Chaque chapitre pourrait être une nouvelle… Mais avec chaque héroïne, c’est toujours une nouvelle histoire qui se suffit et s’étale dans le temps… Jusqu’à, mais je ne vais pas tout révéler, que l’on comprenne le lien entre ces filles devenues femmes et plus.

Et c’est cela La définition du bonheur, c’est le que faisons-nous de nos vies pour en faire un acte de bonheur ? Depuis le désir, l’amour, la maternité jusqu’au vieillissement, les femmes tiennent dans leurs mains et leur cœur ce questionnement essentiel sur le corps : à quoi il sert, comment est-il regardé ? Jusqu’où pouvoir plaisanter sans blesser.

Hendrick, partenaire de Clarisse, rencontré sur les chemins de l’Asie et qui deviendra son mari, n’est pas vraiment un tendre. Il use parfois de moqueries et de paroles blessantes. Paul, en revanche, aux côtés d’Ève est délicieux. Il est l’homme capable de s’émerveiller. Personnellement, j’aime Mehdi, le copain de Clarisse, il voit clair, il pressent, devine, peut conseiller, mais écoute-t-on la voix de la sagesse quand le corps et âme sont en ébullition ?

Catherine Cusset sera présente au Livre sur la Place à Nancy du 10 au 12 septembre 2021 et participera à la table ronde « Liberté au féminin » animée par Karine Papillaud au Palais du Gouvernement le dimanche 12 septembre à 12.00. Elle sera aux côtés de Chritos A. Chomenidis pour « Niki » (Viviane Hamy) et Fabienne Jacob pour « Ma meilleure amie » (Buchet Chastel).

2 commentaires sur « La définition du bonheur, par Catherine Cusset, éditions Gallimard »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s