Jean-Baptiste Del Amo ne manque pas d’originalité, de talent d’écriture, d’une certaine poésie, même et quand, il se lance dans des histoires où la jalousie est reine et transporte de pauvres humains sur les cimes de la folie.

Voici un roman à trois personnes, osons dire quatre, car la nature, une montagne hostile est un réel personnage qui tend ses griffes et contribue à la prison qu’offre cet homme dingue qui, six ans après avoir laissé femme et fils, vient les rechercher pour les emmener vivre dans une maison quasiment en ruine, là où il a grandi. Il pense avoir été trahi pendant son absence. Il lui faut sévir ?

Ni la femme, ni le fils ne peuvent résister à cet homme. Le craignent-ils ? Oui, sans doute. Lui désobéir serait sans doute signer leur arrêt de mort. Alors mère et fils, chargés de ballots intransportables (métaphore sans doute des héritages des générations passées en ce qui concerne le mal surtout) mettent leurs pas dans ceux de cet homme qu’il faut suivre.

Il y a peu de dialogues dans cette histoire, les trois protagonistes n’ont même pas de prénom, c’est le père, la mère, le fils… Une foi, la mère va tenter de fuir avec le fils. Elle comprend qu’il faut voir un médecin si elle veut sauver l’enfant qu’elle porte. Mais épuisée, elle renonce. Et il faut retrouver les Roches, ce lieu maudit…

Rien n’est dit du désespoir du fils ? Car il doit bien exister. C’est le lecteur qui imagine, car les lignes tracées par l’auteur surprennent, choquent, bouleversent. Comment est-ce possible ?

Quelle fin pour cette histoire ? Une naissance va-t-elle intervenir ? Sera-ce la perle de lumière espérée ?

L’auteur explore des thèmes qui lui sont chers comme la transmission de la violence d’une génération à une autre (d’où les premières pages en italiques évoquant les funérailles dans une tribu chez nos ancêtres les plus lointains) ou encore les liens entre un homme et son fils, l’homme qui se croit tout puissant et qui ne comprend pas qu’au lieu d’élever l’enfant vers le meilleur, il le plonge, comme sa mère dans une animalité dépourvue de douceur (Règne animal était le précédent roman de l’auteur). 

L’auteur sera présent au Livre sur la Place à Nancy du 10 au 12 septembre 2021 et participera le dimanche 12 septembre à la Préfecture, à la table ronde « Emprise » animée par Florence Bouchy du Monde des Livres en compagnie de Céline Coulon pour « Seule en sa demeure » (L’Iconoclaste) et Manon Fargetton pour « Tout ce qui Manon est vrai » (Héloïse d’Ormesson).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s