Plonger dans l’ouvrage de Nicolas Mengus, historien, c’est avoir les yeux qui brillent du désir de partir au cœur du patrimoine français pour voir, visiter les châteaux forts. Nous serons princesses et princes de ces lieux, remonterons l’histoire et découvrirons ces forteresses qui, dès le XIème siècle furent des points de rassemblement. 

De là, on y faisait la guerre, mais là aussi on rassemblait les villageois pour les protéger. Là, étaient gardées les victuailles. Là, encore passaient les troubadours, les artistes qui venaient distraire, raconter ce qui se passait ailleurs. Musiques, danses ont émerveillé et parfois fait battre des cœurs.

L’ouvrage de Nicolas qui compte quelques trois cents pages est une merveille. Il conte, il raconte, il montre, explique. Les châteaux forts ne sont pas que de solides murailles épaisses de cinq mètres, ce sont aussi des lieux fragiles de terre, de bois que la végétation a pu recouvrir. Sur une colline, subsiste une tour, un mur qui s’effondre et se racontent tant d’histoires… Un souterrain partait du château et rejoignait… D’autres châteaux forts ont eu la chance d’être préservés, sauvés, restaurés grâce à l’obstination de fous d’histoire et du patrimoine.

Ce que fait Nicolas Mengus, c’est de nous raconter l’histoire, depuis le onzième siècle… Il y avait ceux qui priaient, ceux qui combattaient et ceux qui travaillaient. Il nous montre les différents duchés, le domaine royal (Île-de-France) et comment, au fil des siècles, la France s’est unifiée. Ce ne fut pas aisée, que de guerres, de famines entre les partisans de l’empereur (L’Europe s’était plus ou moins faite) et les partisans du pape… Mais le miracle, c’est que ces châteaux demeurent, sont les témoins même fragiles, pour ceux dont les ruines restent encore à relever (Y parviendrons-nous ?) et qu’ils nous invitent à les voir autrement. 

Offrons-nous cette promenade hexagonale. Un été n’y suffira pas. Mais l’invitation est là… Du Morbihan au Sud et Sud-Ouest, de la Bourgogne à l’Alsace jusqu’aux châteaux d’Ottrott ou du Haut-Ribeaupierre avec un clin d’œil à celui du Haut-Koenigsbourg qui, bien que récent, emprunte à l’architecture passée, sans oublier la belle aventure de la construction de Gédelon dans l’Yonne. Édifier avec les techniques du Moyen Âge… avec des ouvriers vêtus comme le furent ceux du Moyen âge puisque les visiteurs sont nombreux.

Cet ouvrage, richement illustré ne peut que séduire et enchanter.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s