Combien il est difficile de réussir sa vie de couple, de parents ! Dans ce roman, Amélie Antoine met en scène Sophie et Joachim, parents de Maël qui, très tôt a montré quelques différences… Le couple est installé à Lille, mais Sophie fait chaque jour des Lille-Paris en TGV pour le travail. Sa carrière l’exige. Joachim travaille plus à la maison. Il voit ses collègues une fois par semaine. De plus, c’est un homme engagé dans une association proche de Greenpeace. Maël s’apprête à entrer en sixième quand commence l’histoire. Maël admire son père.

Maël raconte au Je comment est la vie de famille, comme il se perçoit… Il est des choses difficiles à traduire. C’est Joachim qui contrairement à ce qu’on pourrait imaginer va être le cœur accueillant, celui qui comprend et veut aider.

Sophie est plutôt peinte comme un bourreau de travail, qui ne veut pas entendre parler psy… Un fichu caractère ! Pour elle, ce monde psy n’est bon qu’à culpabiliser les mères. Votre enfant est anorexique, la faute à la mère ; il est obèse, la faute à la mère. Alors quand le pré-ado déclare ne pas se sentir bien dans un corps de garçon… À qui la faute ? Si faute, toutefois, il y a.

En reprenant le fil du temps, quelques indices ont été semés ici et là. Maël a toujours aimé se maquiller, dans les magasins les tissus brillants, pailletés, doux et soyeux l’ont toujours attiré. Il n’a pas de copains garçons. Il a une amie, Lina, depuis toujours. Il a toujours voulu coiffer les poupées, jouer à la dînette. 

Quelle issue trouver ? On veut bien être large d’esprit, comprendre le fils de la voisine qui se sent fille, mais quand cela arrive chez soi, c’est une autre histoire.

Amélie Antoine raconte cette histoire avec une grande justesse de ton, une écriture sensible qui ne laisse personne indifférent. Ces pages précieuses sont une aide. L’auteure prouve qu’un mieux est possible, malgré le précipice et le chaos qui ouvrent grande la gueule du malheur. Il existe toujours cette fulgurance, cette lumière qui passe et qu’il faut happer et étreindre jusqu’à faire basculer la nuit. Tout se répare. Le chemin du bonheur existe et il peut avoir le dernier mot. 

Bravo !

2 commentaires sur « Le bonheur l’emportera, par Amélie Antoine, éditions XO »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s