Ce premier roman ne peut pas laisser indifférent. C’est l’histoire de Paul, guichetier d’une banque postale dans une ville de 8000 habitants. Un quarantenaire pas à l’aise avec son corps. Il n’est pas très attirant, est mal habillé mais a des yeux dont il joue. Il a souffert dans son enfance et plutôt appris à faire avec les traumatismes passés. Naturellement, il rêve d’amour, mais quand on est laid. 

C’est un frustré, un état qui ne fera que s’accentuer après le ratage d’une histoire d’amour avec la belle Mylène, sa voisine de palier venue assécher un chagrin d’amour. Il en tombe fou amoureux, le rêve tourne court, elle le plante.

Surgit Angélique, mère célibataire, un peu ronde, un peu trop voyante au goût de Paul qui cherche l’inaccessible. La gentillesse d’Angélique pourrait changer le cours de sa vie. Et si c’était la rencontre qu’il attendait ? Mais dans la tête de Paul, quelque chose ne va pas. Quand il est à ses côtés, c’est à Mylène qu’il pense. Frustration exacerbée, vengeance le conduisent là où il se gardait d’aller, là où la raison lui revenant après ses actes, il se maudit. Il reproduit le modèle paternel qu’il a haï, qu’il a fui en militant avec sa sœur contre les violences faites aux femmes.

Le portrait d’Angélique, femme lumineuse, généreuse (trop) soumise, battue qui veut croire après les demandes de pardon que l’avenir peut s’écrire avec Paul est d’une grande justesse. 

L’auteure maîtrise parfaitement son sujet. Simplement, il n’y a pas que les moches qui deviennent des « monstres ». Je n’ai pas réussi à avoir de l’empathie pour lui, un pauvre type qui a besoin de soins.

L’écriture colle au sujet, percutante, violente, très chirurgicale jusqu’à mettre mal à l’aise. Mais c’est aussi cela la littérature, brosser des paysages y installer des personnages sombres, poisseux, osons le dire et qu’on préfère fuir tant ils dévoilent une réalité abjecte qu’il est urgent de dénoncer afin de porter secours aux victimes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s