Unknown.jpeg9782213709499-001-T.jpeg

Le livre de Patricia Loison qui fut journaliste à France 3, m’a bouleversée…

Personne n’a oublié les journaux qu’elle présentait le soir.

Elle livre un vibrant témoignage sur l’adoption, la quête des origines qui surgit forcément, un jour ou l’autre.

Que savait-elle de son passé ? Quand on lui demandait le lieu de sa naissance, elle répondait être arrivée à l’aéroport d’Orly en 1971.

Son frère, Franck a connu un destin semblable. Adopté lui aussi, mais enfant d’une guerre qui dévastait le Liban. Ils ont grandi dans l’amour d’un foyer en région parisienne. Mais est-ce que cela suffit à combler le vide ou le flou d’avant leur arrivée en France ?

Quand vient le temps pour l’auteure d’aimer et de donner la vie, tout se bouscule. La mère d’origine se dresse pour se rappeler à elle « Tu ne m’avais quand même pas oubliée, dis ? Tu pensais que je disparaîtrais ainsi ? »À la clinique, près de la fenêtre se trouve la mère qui l’a fait grandir. Est-elle cette « voleuse d’enfant » ? Si l’auteure paraît sombrer dans un épisode qu’on appelle la dépression post-partum, c’est de bien autre chose qu’il est question.

Il lui faut se mettre au clair, aller en Inde, à Delhi à la faveur d’un voyage professionnel, puis retrouver ces religieuses missionnaires de la Charité, compagnes de Mère Teresa.

Longtemps, Patricia a cru que son prénom de naissance Reine lui avait donné par sa maman indienne, une « fille-mère ». Reine, elle le fut, mais phonétiquement seulement, le véritable prénom était Renn, un prénom indien, comme un don ultime…

Franck, son frère qui longtemps fut dans le déni, se rendra lui aussi au Liban, enquêtera sur son passé.

Patricia vit aujourd’hui au Japon avec son époux et leurs deux filles et peut écrire en tout sérénité : « L’adoption est un don et un déchirement. Elle rebat les cartes, nous plonge dans une nouvelle identité comme dans l’eau du baptême (…) L’enfant  abandonnée et sa mère se sont rappelés à mon souvenir. Elle voulait simplement que je la prenne dans mes bras et que j’arrête de faire comme si elle n’avait jamais existé. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s