Unknown.jpegcouv1_348.jpg

Ouvrir un ouvrage d’Éric Marchal, c’est savoir qu’on le quittera pas avant le point final. Adieu la cuisine, le ménage, le courrier à l’amoureux, la visite de charité promise… Plus rien n’existera que l’histoire dans laquelle l’auteur nous entraîne. Un tourbillon… Je dis bien, plus de cuisine, plus de ménage, plus rien… On trichera, on lira au bureau, au magasin… et les patrons seront furieux.

Certes avec Les heures indociles, puisqu’il s’agit de cette histoire, on se sentira (surtout les lectrices filles et femmes) réconfortées jusqu’à être déculpabilisées. Éric Marchal indique un chemin, celui d’une suffragette… Et quelle suffragette… Emmeline Pankhurst suivie d’Olympe Lovell, la guerrière au service d’Emmeline. Des femmes rebelles dans cette ville de Londres où se trouve Virginia Wolf et Conan Doyle (qui lui se tourne vers les déshérités). Car d’autres rebelles, masculins ceux-là, sévissent et voudraient secouer ce trop bel édifice à la bienséance feutrée. Thomas Belamy est ce médecin annamite au Saint Bartholomew Hospital. Il va révolutionner la médecine et inclure des pratiques chinoises à la médecine occidentale…

Cette peinture sociale du début du vingtième siècle est fabuleuse. Éric n’oublie rien, ni les poètes, ni les canulars, ni un étrange personnage qui se fait appeler l’Apôtre qui voudrait régner en maître absolu. Les rebelles femmes et hommes seront-ils suffisamment forts pour lui résister et le terrasser ? Car l’Apôtre se veut gardien de l’ordre ancien… Si la reine Victoria a fermé les yeux sur le passé, reste à ouvrir le regard sur un monde nouveau tourné vers le progrès et davantage de justice.

On dit d’Éric Marchal qu’il est le Ken Follett français… Certes, pour sa qualité de romancier historique fort bien documenté et qui mêle l’action, les amours, le suspense, je dirai oui. Pour ma part, connaissant Éric, je ne cesse de répéter qu’il a bien plus de mérite. Éric travaille seul, le soir, les nuits, les samedis et dimanches, tout en poursuivant son métier d’ingénieur à Vittel dans les Vosges pour un grand groupe international. Ken Follett lui se fait aider par madame pour tout ce qui touche la documentation.

Cet ouvrage s’inscrit à la suite de ceux qui nous ont donné le cœur battant. Merci, Éric.  Mille fois bravo !!!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s